Actualités

L'UCM dénonce le "harcèlement" du fisc envers les indépendants

16/10/14

L'Union des Classes moyennes (UCM) a mis en place un "bouclier fiscal" pour aider les indépendants et les patrons de petites et moyennes entreprises à faire face au "harcèlement" qu'ils subissent de la part de l'administration fiscale, a-t-elle annoncé mardi lors d'une conférence de presse.

Selon les chiffres du service public fédéral Finances, 67% des indépendants ont vu leur déclaration d'impôt vérifiée en 2013, avec une majoration moyenne de 900 euros, contre 40% des salariés, souligne l'UCM. En outre, 16% des indépendants sont contrôlés chaque année, avec une majoration moyenne de 6.863 euros.

"Les contrôles ne sont pas forcément plus nombreux, mais on tape plus fort, puisqu'en 2012, la majoration moyenne était de 4.500 euros", précise la secrétaire générale de l'Union des Classes moyennes, Christine Lhoste.

Seuls 25% des contrôlés introduisent une réclamation. "Pourtant, 76% d'entre eux obtiennent partiellement et 61% totalement gain de cause", poursuit Mme Lhoste. "Lorsque le contention va jusqu'en justice, 37% des décisions sont partiellement et 20% totalement favorables au contrôlé. La majoration est très souvent excessive et injustifiée, il est donc important de pouvoir être accompagné par des professionnels."

L'organisation exhorte donc les indépendants et patrons de PME à "ne pas se laisser faire". "La plupart d'entre eux payent par peur de représailles et du coût engendré par la réclamation", ajoute le président de l'Institut professionnel des Comptables et Fiscalistes, Jean-Marie Conter. "En outre, le ton de l'administration est globalement 'musclé'", déplore-t-il.

L'UCM demande notamment le rétablissement d'une certaine équité entre les droits du fisc et ceux des contribuables ainsi que du droit à l'erreur. Elle réclame également un dédommagement pour les contribuables injustement sanctionnés et que le personnel du SPF Finances s'en tienne à sa mission de service public.

L'Union assume que sa démarche risque d'entraîner une saturation des services de l'administration fiscale. "Nous voulons forcer le fisc à changer d'attitude envers les indépendants et les PME", martèle Mme Lhoste. "Ce sont des cibles faciles qui ne disposent pas de la même ingénierie fiscale que les grandes entreprises et subissent beaucoup plus de contrôles que les allocataires sociaux."

 

Source : Lalibre.be - BELGA Publié le mardi 14 octobre 2014

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette actualité

Sur le même thème...

Discussions

  • Mon habitation, acquise par un emprunt hypothécaire en cours de remboursement, est utilisée à titre privée, partiellement louée, et partiellement utilisée à titre professionnel (indépendant complémentaire).Pour l'IPP 2019, j'ai demandé l'application du bonus-logement fédéral pour la partie non p
  • Je suis belge et sénégalais, j'exerce en tant que consultant (prestataire de services) sur base d'un registre de commerce sénégalais. Mon client principal a une base fixe au Sénégal (siège social à Londres). J'habitais au Sénégal mais je suis en Belgique depuis quelques mois, travaillant en télétr
  • Si un locataire met son ASBL comme siège social à son adresse, juste comme adresse pour les assemblée générales et laisser les documents de l'ASBL, donc aucunes activités à cette adresse, il n'y a aussi aucuns loyers. Est-ce que le propriétaire sera quand même taxé avec la formule des revenus locatifs r&eacut
  • J'ai fait un prêt hypothécaire pour acheter une maison plus petite et y habiter et louer l'ancienne.Le fisc refuse dédution intérêts et amortissements. L'habitation achetée est propre puisque j'y habite mais pas unique. Donc la déduction région wallone (l'habitation doit être unique) . La déduction f&eac
  • J'ai à disposition une voiture appartenant à une SRL dont je suis l'administrateur. L'ATN est évidement dû.En parallèle via un contrat de travail, on me propose le remboursement kilométrique de +/-0.35€/km (taux légal). Le kilométrage annuel estimé est de 20 000km.Etant donné que la réglementat
  • Je m'intéresse aux crypto-monnaies depuis 2015 et j'ai constitué un patrimoine intéressant que j'envisage de revendre courant 2021 pour contribuer à l'achat de mon logement. Mon profil d'investisseur est a priori celui d'un "bon père de famille", à savoir que je ne fais que quelques opérations par an et que je n
...