Actualités

France : L’immobilier en 2016

25/01/16

À l’heure des bilans, l’année 2015 a été celle du renouveau pour le secteur de l’immobilier. L’environnement économique favorable ainsi que la réussite du dispositif Pinel dans l’immobilier locatif ont redonné confiance aux investisseurs. 2016 s’annonce tout aussi encourageante.

L’année 2015 s’est conclue comme elle avait commencé, par une cascade de bonnes nouvelles. Au premier trimestre, les taux d’intérêt amorçaient une baisse spectaculaire jusqu’à se stabiliser à des niveaux proprement historique en décembre : 2,2% à 20 ans, et parfois moins de 2% à 15 ans, les banques ne proposant pas toujours les mêmes taux. Ils s’établissaient en moyenne à 4,15% à 20 ans en janvier 2012. Et selon les spécialistes de l’immobilier, les taux devraient se maintenir tout au long de l’année 2016.

Autre élément favorable à la bonne santé du marché, la baisse des prix dans l’ancien, engagée depuis 2012. Même si celle-ci est plus que limitée - 5% en moyenne, contre un doublement des prix entre 1990 et 2010 - elle a redonné un peu de pouvoir d’achat aux ménages. Paradoxalement, une baisse des prix n’est pas forcément pertinente, l’intérêt d’être propriétaire d’un bien étant que celui-ci prenne de la valeur au fil du temps. Cependant, cette tendance semble être à l’arrêt et pourrait s’inverser en 2016.

La loi Pinel rassure les investisseurs

Il serait malhonnête de résumer le regain d’activité dans l’immobilier à ces deux seuls indicateurs, les taux et les prix. La loi Pinel, dispositif d’incitation à l’investissement locatif, a également permis de ramener les investisseurs sur le marché. Pour rappel, la loi Pinel offre une réduction d’impôt pour l’achat d’un logement à destinée locative. La réduction est proportionelle à la durée de location choisie, entre trois (12% pour 6 ans, 18% pour 9 et 21% pour 12 ans). Preuve de sa réussite, la loi de Finance 2016 n’apporte aucune modification au dispositif Pinel pour l’année en cours.

Le principal changement à venir pour 2016 est la refonte du prêt à taux zéro (PTZ). Ce prêt ne dégageant pas d'intérêt (comme son nom l’indique si bien) permet de financer en partie l’achat de sa première résidence. Désireux de venir en aide aux primo-accédants, le gouvernement a grandement élargi le champ d’application du PTZ. Son assiette de financement passe ainsi à 40% du prix du logement et il est désormais éligible à tout le territoire dans l’ancien, sous condition de travaux.

Si l’année 2015 s’est donc terminée sur une note très positive, tous les voyants sont au vert pour 2016. Taux, prix et dispositif incitatif sont entré dans un cercle vertueux, qu’il faudra entretenir sur le long terme.

Connectez-vous pour pouvoir commenter cette actualité

Sur le même thème...

Discussions

  • Je suis employé comptable. Par l'intermédiaire d'une connaisance, il m'a été proposé de faire de la comptabilité d'une ASBL qui est établie en France. Je ne suis pas encore agréée. Pour ça, je sais que je dois m'assujettir en Belgique , mais dois également m'assujettir en France ?Merci pour
  • à tous, Je suis française et résidente belge depuis maintenant 5 ans, mais cet été je m'en vais travailler 2 mois et demi en France.Faut-il que je me déclare en France ? Ou bien étant personne à charge sur les impôts de mon père, est ce lui qui doit le faire ?Merci d'avance Elisa
  • Je travaille à temps plein en Belgique (statut d'employé) et suis domicilié en France. Je jouis du statut de travailleur frontalier (impôts payés en France).J'aimerais exercer une activité complémentaire saisonnière: le pressage de pommes. J'envisage d'acheter une presse pour exercer cette activité de septembre jusque fin octobre.Habitant un village français proche de la fr
  • à tous,Je viens à la pêche aux informations, car je ne trouve rien sur internet qui en parle clairement. Et même lorsque j'ai les services compétents, j'ai des versions différentes. Je ne sais pas si la catégorie a bien été choisie pour poster la "problèmatique". Mais la voici : Je suis r&eac
  • Résident et contribuable belge et travaillant la plupart du temps en Belgique, j'ai travaillé dans le cadre de trois très courts CDD en France en 2017, pour trois employeurs différents.Tous les trois m ont délivré des fiches de paye mais pas de fiches fiscales semblables à celles en cours en Belgique. Renseignements pris auprès du
  • Voici mon problème :je m'occupe d'une ASBL et la situation en 2016 était la suivante :133 réserves = 16751.00 €140 Bénéfice reporté = 62190.53 €141 Perte reportée = 51733.63 €La clôture 2017 laisse apparaître une perte de 10541,29 €Voici les écritures que je souhaite passer :

Partenaires