Actualités

Journal de recettes et assujetti au forfait

03/03/15

Le principe de l'assujettissement au forfait est que les recettes sont déterminées sur base des achats, via un coefficient arrêté par l'administration en collaboration avec les groupements professionnels.

L'art.14, §2, 3° de l'AR1tva précise en effet qu'il y a lieu de tenir un journal de recettes, au moins par siège d'exploitation.

Toutefois, c'est le §3 du même article qui est intéressant.

Il mentionne que « par dérogation au paragraphe 2, 3°, les assujettis qui bénéficient du régime forfaitaire établi par l'article 56, du Code, sont dispensés de la tenue du journal ».

La logique est donc respectée : à partir du moment où les recettes sont déterminées sur base des achats, à quoi cela sert-il encore donc de tenir un journal qui permettrait de déterminer les recettes réelles ?

La prudence s'impose tout de même selon nous, car si l'absence de tenue du journal de recettes est confirmée par l'art.14, §3 de l'AR1tva, cette dispense ne concerne que la réglementation tva.

Dans le domaine des impôts sur les revenus, il existe aussi des bases forfaitaires de taxation.

Mais l'art.342, § cir/92 n'en fait qu'une faculté pour les intéressés ou pour l'administration, « à défaut d'éléments probants ».

On pourrait donc très bien se retrouver dans une situation où un assujetti tva taxé au forfait se voit imposer sur des bases réelles (ou estimées sur base de signes et indices) à l'impôt sur les revenus.

A défaut de journal de recettes, il serait dans la totale impossibilité de démontrer que le forfait tva lui a été favorable.

En outre, ne pas avoir de caisse enregistreuse ou de livre de caisse ne permet pas de suivre ses affaires correctement : si un jour il y a 100 dans la caisse et 50 le lendemain, ce n'est pas forcément parce qu'on a vendu moins, mais peut-être aussi parce qu'on a payé des fournisseurs au comptant...

Derrière les obligations légales, il ne faut pas oublier non plus les principes de bonne gestion qui permettront à la petite entreprise de rester rentable sur la durée.

 

Source : ComptAccount.be (Article du 28/02/2015)

398 lecture(s)
Connectez-vous pour pouvoir commenter cette actualité

Sur le même thème...

Discussions

  • Je suis sous régime franchisé de tva pour petite entreprise, en indépendant complémentaire.J'ai plusieurs cordes à mon arc, notament du graphisme et des adoucisseurs d'eau écologie, pour lesquel je facture systématiquement.Je viens de me lancer dans la vente de matériel de yoga, mon but était surtout de viser les pr
  • Je suis indépendant dans le secteur de l'horeca.  Mon activité consiste dans la vente de boissons pour une partie (café) et dans la location de salle des fêtes pour l'autre partie.  Je suis donc considéré comme assujetti partiel.Lors d'un contrôle, j'ai subi une rectification de mes déclarations TVA car je ne s
  • voilà je ne pense pas l'avoir déjà fait,je dois délivré une note de crédit en cocontractant et j'aimerais savoir comment l'inscrire dans le journal des ventes  merci beaucoup
  • je viens de creer une asbl qui est un centre equestres .le projet est la gestion des chevaux et de l infrastructure ainsi que des lecons et stages et egalement des locations de boxes.des evenements seront egalement a venir tels que ballades equestres ,souper au profit de l asbl .sauriez vous me renseignez sur la tva est ce que je dois demander un numero de tva ou non 
  • Je n'arrive pas à comprendre comment comptabiliser, facturer et déclarer à la TVA le processus suivant :Je suis indépendant Belge, je reçois des commandes de particuliers Européens.Je fais livrer directement la marchandise par mon fournisseur Allemand à ces particuliers.J'établis la facture à mes clien
  • mon épouse a commencé le 1 octobre une activité complémentaire en tant qu'indépendante en boulangerie-patisseriePour la comptabilité : merci de confirmer :1) quotidiennement enregistrer en journal de caisse les recettes tva comprise 6%2) mensuellement : enregistrer les produits et isoler la tva via journal de venteDB 400.... vente a

Partenaires