Le congé pour motif grave

Produits de la même catégorie

Auteur ou Editeur ?

Devenez partenaire

Boutique

Le congé pour motif grave

Notion, évolutions, questions spéciales
Auteur(s): 
Paul Brasseur, Rodrigue Capart, Jean-Philippe Cordier, Erwin Crabeels, Michel Davagle, Laurent Dear, Hervé Deckers, Olivier Deprince, Michel Dumont, Aurélie Frankart, Steve Gilson, Mikaël Glorieux, Pierre Joassart, Mireille Jourdan, François Lagasse, Anne
Année d'édition: 
2011
Nombre de pages: 
550
Editeur: 
Prix: 
95,00 € TVAC
89,62 € HTVA

Une synthèse actuelle, complète et incontournable !

Le congé pour motif grave – soit, en pratique le plus souvent, un licenciement pour motif grave – a une place très importante dans la pratique du droit social.

Il permet à l’auteur du congé de mettre un terme à la relation de travail sans préavis ni indemnité. C’est la raison pour laquelle il se voit strictement encadré, tant par des règles de forme que par des règles de fond, et ce dans le but de protéger le destinataire qui est bien souvent le travailleur.

Le travailleur licencié pour motif grave se trouve, en effet, dans une situation particulièrement délicate puisque du jour au lendemain, il n’a plus de travail, il ne bénéficie ni d’un préavis, ni d’une indemnité compensatoire de préavis et il va, vraisemblablement, se voir sanctionné dans le cadre de l’octroi des allocations de chômage. Un grand nombre de licenciements pour motif grave aboutit donc à des litiges judiciaires.

De nombreux auteurs se sont déjà penchés sur le motif grave et la jurisprudence est, elle aussi, particulièrement étoffée. Il n’en demeure pas moins que cette notion et ses conditions d’application continuent à poser de multiples questions dans la pratique.

L’ouvrage fait le point sur ce thème en réunissant autour de la question divers praticiens du droit (avocats, magistrats, consultants,…).

Le but est à la fois d’aborder les sujets classiques et incontournables liés au motif grave (notion, notification, délai,…) pour en donner une synthèse actualisée mais, également, d’approfondir des questions spécifiques en lien avec le thème, qui n’ont à l’heure actuelle pas donné lieu à d’amples développements, et ce dans une approche plus thématique (harcèlement, concurrence, bonnes moeurs, etc.).