Droit et crise financière

Produits de la même catégorie

Auteur ou Editeur ?

Devenez partenaire

Boutique

Droit et crise financière

Régulation et règlement des conflits en matière bancaire et financière
Auteur(s): 
Sous la direction de : Juliette Morel-Maroger, Thierry Kirat, Claudie Boiteau
Année d'édition: 
2015
Nombre de pages: 
342
Livraison: 
3 jour(s) ouvrable(s)
Editeur: 
Prix: 
80,00 € TVAC
75,47 € HTVA

L’ouvrage, issu d’un colloque ayant eu lieu à l’Université Paris Dauphine, analyse l’impact de la crise bancaire et financière sur l’architecture de la régulation et les mécanismes de règlement des conflits dans une triple dimension internationale.

Les crises bancaires et financières qui se sont succédé depuis 2008 ont profondément fait évoluer la régulation et les règles entourant le règlement des conflits dans les secteurs concernés. De nouvelles institutions, de nouveaux mécanismes, mais aussi de nouveaux types de contentieux sont apparus.

L’ouvrage présente l’originalité de conjuguer analyses académiques pluridisciplinaires (droit, économie, sociologie) et praticiennes (présidents d’autorités de régulation, représentants d’établissements bancaires, médiateurs, magistrats, avocats, etc.).

La réflexion menée sur la régulation bancaire et financière mêle les aspects nationaux, européens et internationaux.

En premier lieu, l’ouvrage met en exergue les conséquences des crises successives qui ont secoué les secteurs bancaires et financiers sur l’architecture de la régulation. À cet égard, et au plus près de l’actualité, l’ouvrage offre une première analyse des dispositifs prévus par l’Union bancaire, notamment le mécanisme de surveillance unique entré en vigueur le 4 novembre 2014, et de leurs implications dans la répartition des compétences des différentes autorités de régulation européennes et internes.

L’ouvrage approfondit, ensuite, les mécanismes de règlement des conflits en matière bancaire et financière en distinguant, d’une part, les mécanismes alternatifs au règlement des litiges dont certains, comme les médiations bancaire et financière, sont considérés comme des « amortisseurs de la crise » alors que la transaction devant l’Autorité des marchés financiers, créée en 2010, connaît un démarrage plus modeste et, d’autre part, le prononcé des sanctions par les autorités de régulation. La question de la portée de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme relative au principe non bis in idem fait l’objet d’un traitement particulier.

Enfin, il met l’accent sur une dimension de la régulation financière et bancaire rarement étudiée, celle des contentieux induits par les crises bancaires et financières en distinguant le contentieux entre personnes privées et le contentieux impliquant les États.

Partenaires