*/ ?>

Dossiers

Dossiers

Toutes les catégories

    1. TVA
      1. faq

Vous désirez publier un Dossier ?

Devenez partenaire

Les créances douteuses

La comptabilisation des créances douteuses se fait en quatre étape

Étape 1 : Constatation du caractère douteux de la créance.

Après plusieurs rappels on peu mettre un client dans le compte (407)

Étape 2 : Constatation de la perte probable

  • L'estimation de cette perte doit se calculer sur le montant HTVA de la créance
  • Cette estimation doit être effectuée en respectant le principe comptable de prudence, sincérité et de bonne foi.

Après la consultation d'un avocat qui va envoyer la mise en demeure à notre client, nous pouvons estimé un certain pourcentage de perte de la créance. On inscrit cette perte dans les comptes (634) et (409).

Étape 3 : Pointage de la perte (cette étape est facultative)

Sur base d'informations supplémentaire (ex: annonce de faillite du client), il arrive que l'on réajuste les réductions de valeurs enregistrées précédemment.

2 cas peuvent se présenter :

2eme perte estimée est plus grand que la première perte estimée

Il suffit d'enregistrer une réduction de valeur supplémentaire de plus de ce qui avait été prévu au départ.

  • Il faut augmenter nos charges car on pense perdre un certain pourcentage de plus que celui qui avait été prévu au départ.

Cela se fait de nouveau par les comptes (6340) et (409)

2eme perte estimée est plus petit que la première perte estimée

Il faut enregistrer un reprise de réduction de valeur de moins de ce qui avait été prévu au départ.

  • Il faut diminuer nos charges car on pense perdre un certain pourcentage de moins de ce qui avait été prévu au départ

La reprise sur réduction de valeur se fait dans le compte (6341) et on débite le compte (409)

Étape 4 : Dénouement de la créance douteuse

La 2eme et la 3eme étape sont basées toutes les deux sur des estimations. On ne peut aborder la 4eme étape seulement lorsqu'on connaît le montant réel que l'on récupérera de notre client. Ce montant est généralement communiqué par le curateur de la faillite.

3 cas peuvent se présenter :

Perte réelle est plus petit que la perte estimée

On impute alors de la manière suivante :

  • 409
  • 4114
  • 407
  • 6341
Perte réelle est égal à la perte estimée

On impute alors de la manière suivante :

  • 409
  • 4114
  • 407
Perte réelle est plus grande que la perte estimée

On impute alors de la manière suivante :

  • 409
  • 4114
  • 642
  • 407

Partenaires