Lecture de mon travail de fin d étude

Portrait de sarah03
Posté par sarah03
dim, 22/05/2011 - 18:52

Bonjour,

je suis actuellement dans la rédaction de  mon TFE,  j'avais postulé un message il y a quelque temps déjà à ce sujet.
"Comment optimiser l'acquisition d'un immeuble par le biais de l'usufruit ? "
Serait-il possible d'avoir l'avis d'une ou l'autre personne ?

D'avance je vous en remercie.

Toutes les réponses

C'est avec tristesse que je fais le même constat a chaque TFE que je lis, vous vous limitez a recopier des informations glanées a divers endroits sans rien apporter de personnel et surtout sans montrer en quoi et comment l'utilisation de l'usufruit peut optimiser.

Vous auriez également du vous intéresser au leasing immobilier et comment l'assujettir a la TVA en vue d'optimiser la déduction de la TVA.

En l'état, votre travail ne mérite pas la moyenne. Dans un bon jour j'accorderais peut être 3/10 mais cela ne les vaut pas.

Je vous remercie de votre constat, je me remet donc au travail .
Cependant, pourriez vous m'expliquer en quoi je ne montre pas l'optimisation de l'acquisition par usufruit ? Je parle pourtant que le dirigeant aura à la fin de l'usufruit, la pleine propriété sans être tenu à payer une indémnisation.

Vous ne trouvez pas que c'est un peu court que de dire que le dirigeant n'aura pas d'indemnité a payer?

Quelle est la position du fisc en la matière ? Il y a beaucoup plus a dire en cette matière.

Votre développement doit clairement et concrètement montrer les possibilités d'optimisation au niveau des divers impôts.

Vous devriez étudier la jurisprudence relativement étoffée en matière de montages usufruit. Je ne vois aucune référence aux divers jugements et arrêts qu'il convient d'étudier, commenter et critiquer et même proposer des solutions lorsque ceux-ci sont défavorables au contribuable.

Je me permets de donner mon avis, il ne s’agit aucunement de critique.

Pour moi, je trouve que votre travail ressemble fortement à un cour (syllabus scolaire), serte vous ne faite pas une thèse, mais je trouve qu’il n’apporte rien de nouveau, dans le sens ou l’on ne trouve pas votre point de vue, et aussi un nouveau regard sur le sujet.

Voila, (Je me suis permis de donner mon avis car j’aimerai qu’on le fasse quand il s’agira de mon tour.

Tout a fait Tony, ce que je disais dans la première intervention. Il s'agit de recopiage de divers articles sans réel travail personnel.

Malheureusement je n'ai pas eu de cours concernant les démembrement de propriété durant mon bachelier, j'ai entendu parler de ce sujet au début de mon stage, j'ai donc pensé qu'il serait bien de découvrir ce sujet et d'en faire mon travail de fin d'étude.
Je prends toutes vos critiques et avis, et suis actuellement dans la lecture de la jurisprudence à ce sujet afin d'apporter plus à mon travail.

Enfaite, je veux dire que le travail ressemble fortement à un cour, vous déballez la théorie de base, mais jamais vous ajoutez du nouveau. Votre griffe (votre point de vu).

J’ai pour et comme de nombreux étudiants, relus, mais surtout donnés mon avis sur les travails des ainés et il est très agréable qu’un travail ressemble à un livre (mélange de théories, de cas, de textes légal, de contradiction de théorie afin d’émettre une éventuelle nouvel façon de procéder, les lacunes que la doctrine actuel cause et éventuellement les plus values qui pourrait être apporté si l’on changeait telle ou telle chose, et comme Mr Bonfond vous dit la jurisprudence). Maintenant il ne s’agit toujours que de mon point de vu.

Mais généralement les TFE construit comme cela son appréciés. (Voir proclamation des résultats) ;-)

Comme nos professeur dissent, les TFE doivent (même si cela n’ai pas le cas) pouvoir servir de base afin de changer les éventuelles lacunes que la théorie « Comptable » offre, donc en donnant juste la théorie et en donnant aucune avancer sur le sujet, cela s’avère impossible, donc en gardant cela en tête on sait souvent trouver le chemin de croix…

Bonjour Sarah,

J'ai deux suggestions pour ton TFE qui concernent la forme :

1 A mon avis la police devrait être changée pour de l'arial ou times new roman, ça ne fait pas très sérieux.

2 Je pense que tu devrais ajouter un peu de couleur à ton travail, aux titres par exemple.

Pour ce qui est du fond, je n'ai pas trop le temps de tout lire car je suis moi-même occupé sur mon tfe mais ne t'inquiète pas trop des commentaires négatifs qui sont parfois un peu exagérés, l'important est que ton promoteur soit satisfait de ton travail.

Bon courage !

edit : Tu devrais aussi changer les puces, on dirait des taches d'encre

Merci pour ton avis :) mais il ne s'agit la que d'un brouillon ... :)
Et pour ce qui est de la police, l'écriture Times new roman n'est pas acceptée pour la rédaction du TFE.

Bon courage pour ton TFE.

F_Bonfond a écrit: Tout a fait Tony, ce que je disais dans la première intervention. Il s'agit de recopiage de divers articles sans réel travail personnel.

J'aurais une petite question concernant la distinction usufruit et nu-propriétaire.
Dans la l'ensemble des documents que je lis, l'on distingue l'usufruitier et le nu-propriétaire comme suit;

La société acqérera l'usufruit pour 80% et le gérant acquérera la nue-propriété pour 20%.

Seulement aujourd'hui je viens de lire que l'exmple suivant ;

Décision anticipée n° 300.081 du 30.09.2003

Objet de la demande

La demande vise à obtenir une décision anticipée quant aux conséquences fiscales de l’acquisition par :

  • M.X, gérant de la SPRL A, de :

·20 % de la pleine propriété d’un appartement;

·de la nue-propriété de la partie restante (80 %);

  • la SPRL A de l’usufruit d’une durée de 15 ans de ladite partie restante (80 %).

=> ce qui selon moi ne signifie pas la même chose.
appel-ton l'usufruit pour ce qui est égal à la nu-propriété ou est-ce la différence ?

La pleine propriété de démembre en d'une part l'usufruit (usus fructus = droit d'usage et des fruits) et d'autre part la nue propriété (propriété diminuée des droits d'usufruit).

Le libelle de la demande de décision anticipée me laisse songeur, je la consulterai demain.