Obligation légale, publication des comptes

Portrait de coltvega
Posté par coltvega
dim, 05/10/2014 - 14:27

Bonjour,

Je travaille actuellement sur mon T.F.E et pour cela j'ai entrepris d'examiner les états financiers d'une société de la grande distribution.

A mon grand étonemment je ne trouve absolument aucune imputation au compte 609?

Est-ce normal?

N'est-ce pas une obligation légale pour une société commerciale que de faire apparaître au compte de résultats le renseignement concernant la variation de stock?

 

Merci pour vos réponses....

Toutes les réponses

A mon grand étonnement ...

N'y a-t-il pas d'autres façons d'imaginer ET le problème ET sa solution ?

Vous êtes dans la bonne direction.

Je répondrais peut être humblement de part ma qualité d'étudiant ,oui , notamment du fait que la rotation des stocks dans le domaine de la grande distribution suit un rythme éfreiné dans le sens ou ce qui est acheté aux fournisseur est très vite vendu alors même que la facture n'a pas encore était réglée. 

En fait les stocks sont si rapidement renouvelés qu'il n'est pas signifiant peut-être d'imputer quoique ce soit au 609.

Cerait-ce là une bonne façon d'envisager autrement le problème et de même sa solution?

 

 

Merci.

 

Il est très difficile de vous suivre entre hier ... et aujourd'hui !

Vous avez changé sensiblement votre réponse !!!

Je vais donc recommencer à zéro très limitativement !

Quelle écriture passez-vous si le stock augmente ? (Juste pour vous prouver que vous vous braquez sur "un" compte ..." et pas sur un problème !)

Quelle est la loi qui m'oblige ou m'obligerait à employer le PCMN et SES subdivisions ?

Pourquoi serais-je obligé de transiter par un compte de stocks ? 

Bonjour,

Je comprends l'étonnement de coltvega. Même dans un cas d'augmentation du stock, le #609 sera mouvementé au crédit. L'utilisation d'autres comptes que ceux préconiser par le PCMN serait une erreur comptable. L'utilisation du #71, pour imaginer une autre façon d'enregistrer un mouvement de stock, ne concernera que des produits fabriqués ou transformés. Or nous sommes ici dans le cadre de la grande distribution, il s'agit donc plutôt d'achat et de revente sans transformation. Le #609 est donc le plus approprié. Et il semble inimaginable de ne pas avoir de mouvement de stock en fin d'année... 

L'étonnement pourrait être encore accentué par le fait que ces grandes sociétés font appel à un réviseur pour cont^roler leurs comptes. Ce dernier veillera à vérifier le bon respect du droit comptable et donnera une attention toute particulière au contrôle de certains postes, tels les stocks dans ce type d'activité. 

Peut-être qu'une simple question posée en tant qu'étudiant préparant son TFE à cette grande enseigne vous fournirait la réponse.

Je crois avoir progressé sensiblement, il faut avouer que le sujet paraît complexe.

 

Premièrement pour répondre à Jojo, je sais que le compte 609 en finalité viendra influencer celui  de l'actif circulant 340 marchandises, Seulement il m'apparaît évident, toute humble position d'étudiant respectée, que la part de la mobilisation des actifs circulants qui aura étée nécessaire pour déterminer la marge dégagée doit transiter par un compte de charge ou de produit afin de définir la nature en terme de charge ou de produit des moyens qui auront étés indispensables à l'opération.

Il me semble selon l'avis de ViPLoAn que cela n'étant pas nous aurions affaire à une erreur comptable, mais pourtant en consultant beaucoup de schémas complets concernant l'entreprise étudiée, on a beau faire, le compte 609 reste immanquablement vierge d'imputation.

Par contre, la consultation des comptes consolidés, elle, fait bien chaque fois ressortir la variation des stocks.

Je reste toutefois très étonné que ce renseignement là soit introuvable en dehors des comptes consolidés.

Pour en revenir à la question initiale qui est une question simple, bien sûr je me demandais tout naturellement si l'utilisation du compte 609 était une obligation légale. Si je me penche sur l'avis de Jojo, il n'y a pas d'obligation et cela expliquerait l'absence d'imputation. Si je me penche sur l'avis de ViPLoAn il s'agiraît d'une "boulette" comptable et la réponse semblerait, d'après ce que je crois l'entendre dire, ailleurs de ce que Jojo et Mr. Bonfond en disent...

A suivre, et merci pur vos participations.

Etes-vous certain d'analyser les bons comptes annuels ? Les comptes consolidés font mention d'un stock car une entreprise faisant partie du périmètre de consolidation possède un stock. Peut-être est-ce cette dernière qu'il faudrait analyser. En effet, si vous vous retrouver avec les comptes de la holding qui ne fait que gérer ses participations, il y a peu de chance d'y retrouver quelconque stock.

A mon avis il vaudrait mieux vous assurer de posséder les "bons" comptes, c.-à-d. ceux qui reflètent l'activité de l'entreprise.

Oui j'ai pensé à cette éventualité, du coup je me suis rendu sur le moniteur belge afin de consulter les statuts de ladite société, mais comme sa date de constitution est antérieure à l'obligation légale de publication des comptes annuels, ma démarche est demeurée infructueuse.         Puis en potassant sur le principe des ratios utilisés par  la centrale des bilans (puisque c'est là le sujet de la première partie de mon T.F.E) j'ai lu que pour une société-mère il était dans certains cas conseillé d'examiner davantage ses comptes consolidés dans l'optique d'obtenir une analyse financière mieux appropriée, d'où ma constatation effective selon quoi apparaît bien le fameux 609 dans les règles de l'art.

Je crois aussi comme vous, que je ne dois pas être au bon endroit, d'autant plus qu'un autre "détail" étrange m'a aussi interpelé, puisque j'ai pu lire dans ces mêmes comptes annuels (apparemment pas les bons) que la société n'employait pas de personnel !                       Mais je m'enlise aussi à cause d'une autre démarche  à propos de la société que j'ai choisie, faite (à partir de son numéro d'entreprise) cette fois-ci sur le site de la banque carrefour des entreprises, démarche qui m'a révélé qu'elle en était l'activité comme étant une société commerciale. C'était avec ce maigre indice (lequel ne me satisfaisait pas pleinement) que je poursuivais dans cette voie.

Je vais donc plus tard voir au travers des comptes consolidés si je sais puiser un renseignement qui puisse m'amener enfin à examiner les bons comptes.

Je tiens à vous remercier très chaleureusement en soulignant qu'il est un très grand plaisir de croiser une personne qui tend réellement à soutenir un étudiant dans la laborieuse tâche qu'est la préparation d'un T.F.E, car trop souvent les interlocuteurs semblent oubliés que notre statut d'étudiant implique beaucoup de désarroi vis-à-vis d'incompréhensions assurément liées à notre incompétence toute justifiée sur certains points.

Je ne viens pas ici glaner des solutions faciles, je vous assure car j'ai le désir de travailler considérant là la manière la plus efficiente de ressortir avec des acquis solides.

Encore merci.

Voilà, 

Comme vous le supposiez très bien, j'étais en train hélas, d'examiner les comptes annuels d'une société de gestion de portefeuilles, la société-mère. En suivant vos conseils j'ai enfin pu "m'accaparer" l'une des filiales qui sans nul doute cette fois-ci n'est rien d'autre qu'un hypermarché (tout à fait ce qu'il me faut).

Je vous remercie une fois de plus, et compte bien progresser en oubliant quelque temps le genre de mé-convenues rencontrées dans cette toute première approche concernant la deuxième partie de mon T.F.E, laquelle consiste en une application pratique des ratios utilisés par la centrale des bilans, à travers une étude de cas classiques et atypiques pouvant mettre en valeur l'originalité des ratios en fonction de l'entreprise et de son secteur.

C'est pour cela que je me dirige vers le circuit de la grande distribution via  super et hypermarchés pour m'attarder sur les ratios tels que le taux de marge nette qui logiquement doit ressortir faible, argument bien usité par les détracteurs au service des "chaînes de distribution" qui le comparent à celui des fournisseurs, mais dont les  ratios tels que celui de la rentabilité économique par exemple qui fait ressortir que la grande distribution n'est pas à plaindre, ou encore celui de la rentabilité financière qui ne peut cacher que les conditions favorables d'exploitation liées à la rotation des stocks, au nombre de jours crédit clients et crédits fournisseurs, ainsi que la génération massive de cash-flow occupent grandement en contrepartie ces établissements à placer au mieux en valeurs mobilières ou immobilisations incorporelles le fruit de leurs bénéfices. Et aussi peut-être faire à juste propos un détour par le ratio valeur ajoutée par personnes occupée...

Je compte ainsi passer en revue les 21 ratios de la centrale des bilans au travers de multiples cas classiques ou atypiques comme énoncé ci-dessus.

 

Encore merci.

 

 

 

 

 

 

Revenez-nous avec votre synthèse !

Nous sommes intéressés.