Frais Fixe d'un indépandant en PP ?

Portrait de TelmoPhilo
Posté par TelmoPhilo
sam, 11/07/2009 - 13:36

Bonjour,

J'aimerais être indépendant en électricité bâtiment, rénovation, etc.</i> est suivi d'un seul point." class="mod">etc... ,

je ne vous pose pas la question comment l'être mais, quelle est la charge que cela implique ?

Je m'explique " title="">:

Que dois-je payer à l'ONSS, de quoi ce montant dépand ? (ma mère qui est comptable d'une sociétée me dit qu'il faut payer même avant, cad " class="ver">: faire un payement anticipé, vrai ou faux ? )

Que dois-je payer à la TVA ? (idem que le précédent, payement anticipé ?)

Assurance ?

Mutualité ?

Pour l'instant j'ai une petite voiture je passerai bien à la camionnette un des ces jours mais pas pour commencer.

Plan d'amortissement, 5ans sur les véhicule je crois, que dois-je payer par mois ?

Bref, elle a très peur pour moi ,

Elle me dit que je dois faire un dossier, me renseigner etc.</i>" class="mod">etc ...

Je viens à vos lanternes donc...

Conseils et direction à prendre sont les bienvenus...
Merci beaucoup,

Phil.

Toutes les réponses

Si vous voulez devenir électricien sous le statut indépendant en personne physique, vous devrez payer trimestriellement des cotisations sociales d'indépendant à l'Inasti (pas l'ONSS) qui s'élèvent en vitesse de croisière à 22% du revenu taxable ( revenu après déduction des frais professionnels).
Ces cotisations couvrent tous les secteurs de la sécurité sociale: soins de santé, invalidité, allocations familiales, pension sauf bien entendu le chômage qui ne concerne pas les indépendants.
En début d'activité, c'est-à-dire pendant les trois premières années d'activité, vous paierez des cotisations provisoires.
Le système des versements anticipés concerne les impôts. Un indépendant doit payer ses impôts par "quarts prévisionnels" vu que personne ne les prélève à la source. Il est pénalisé financièrement s'il ne le fait pas. Bien sûr, si le niveau d'activité est insuffisant il peut prévoir de n'avoir aucun impôt à payer, auquel cas il ne paie rien. Pendant les trois premières années, il n'y a pas de pénalisation pour insuffisance de VA.
Pour la TVA, dans ce secteur d'activité vous pouvez avoir 3 régimes :
- si vous êtes sous-traitant pour un entrepreneur ou si vous prestez pour des assujettis normaux, vous devez appliquer le régime "co-contractant" qui ne vous amène à aucun encaissement/décaissement de tva,
- si vous prestez pour des particuliers non-assujettis, vous serez amené à appliquer une tva réduite de 6%,
- dans quelques cas plus rares, vous appliquerez le taux de 21%.
Quand vous percevez de la tva sur vos clients, vous devez payer des acomptes mensuels égaux à 1/3 de la tva déclarée le trimestre précédent, toutefois en pratique il est constaté que dans ce secteur c'est généralement la tva qui vous rembourse.
L'amortissement d'un bien n'entraîne aucun décaissement; c'est la prise en charge "saucissonnée" sur plusieurs années du coût de l'investissement que vous ne pouvez déduire en un coup l'année d'acquisition.
Le dernier conseil de votre mère est excellent et à suivre impérativement. Les quelques indications données plus haut ne sont que des points de repère.

Pourquoi les enfants n'écoutent-ils jamais les bons conseils de leurs parents ?

0 vote actuellement | +1 Répondre

Merci pour ces éclaircissements arcadus
Jojo: j'écoute la preuve, je suis là ;) :p

Mes questions en emmènent d'autres évidemment.

Ce montant provisoire que me demande l'INASTI est de +/-600€ tous les 3 mois pendant les 3 premières années de l'activité.

Peu importe mes revenus ? (puisque provisoire)
Si oui, ils me demanderont le reste sur les 3 premières années écoulée,
soit 22%, moins les versements effectués de mes revenus sur les 3 années précédentes ?

Pour la TVA c'est un régime normal, d'après ce que j'ai lu.
On retouche de la TVA si on sait le justifié professionnellement, c'est ça ?

Mais comment fait-on la différence entre la TVA et la déduction fiscal !?

Est ce qu'il y a des cas où l'on peut déduire les deux pour un même article ?
Exemple: essence, PC, GSM, téléphone, achat d'une camionnette, assurance, site internet, ...

La déduction fiscal = remboursement intégral ou partiel de l'achat en fin d'année de la précédente année fiscal ?

merci à vous...

Dès que vous serez inscrit auprès d'une caisse de lois sociales pour indépendants, les cotisations seront dues que vous gagniez ou non votre vie. C'est un fait.
Le piège habituel pour les débutants est l'ajustement après trois ans. Les affaires vont bien, on paie allègrement ses cotisations provisoires...et on oublie qu'après trois ans la caisse ajuste les cotisations sur base des revenus taxables de la 1ère année. Il faut donc mettre cet argent de côté pour éviter la surprise.

En ce qui concerne tva et impôts, il semble y avoir confusion dans votre esprit.
La tva est une taxe à la consommation qui frappe le consommateur final. Pour pouvoir l'encaisser, l'état utilise les divers "acteurs économiques" (fabricants, grossistes, détaillants) comme percepteurs d'impôts.
Chacun de ses acteurs doit donc compter la taxe à ses clients sur base du prix de vente qu'il pratique.
En revanche, sur les achats qu'il fait et qui sont uniquement destinés à son activité professionnelle il peut récupérer la tva que ses fournisseurs lui comptent.
Dans une activité comme celle que vous envisagez, vous achetez par exemple des cables, interrupteurs, des abonnements téléphoniques et communications, etc... La plupart de ces achats sont taxés à 21% de tva.
Si vous prestez pour des particuliers et facturez 6% de tva, il arrive fréquemment que la tva à reverser à l'état soit moins importante que celle que vous avez le droit de déduire sur vos achats professionnels et, donc, vous retouchez la différence.

Le mécanisme tva ne peut en rien être confondu avec l'impôt sur les revenus. Celui-ci est un prélèvement opéré par l'état sur vos revenus à titre de contribution aux dépenses de la collectivité ( routes, hôpitaux, armée etc..).
L'impôt n'est prélevé que sur un revenu net : votre chiffre d'affaires hors tva - lois sociales - frais professionnels destinés à obtenir les revenus.
La déduction fiscale c'est donc le fait de déduire de ses recettes professionnelles, les frais encourus pour les obtenir: fournitures électriques, petit matériel, essence, téléphone professionnel etc...
Oubliez donc votre dernière phrase.

...