Comptabilité analytique et Expert-Comptable

Portrait de surcouf.be
Posté par surcouf.be
ven, 07/01/2011 - 12:59

Bonjour à tous et à toutes,

J’ai envie de lancer un grand débat si débat il y aura …

Professionnel des chiffres depuis de (déjà) très nombreuses années, je remarque que la comptabilité analytique est un parent pauvre des forums et articles de tout poils sur les méthodes comptables et de gestion. Je remarque aussi en discutant avec des confrères expert comptables externes (je précise externes) que c’est une matière qui semble ne pas les intéresser à outre mesure dans le sens où leurs clients sont des PME pour la plupart sans problématique de coûts ou de prix de revient. Mais tous nous avons dans notre clientèle des clients en recherche d’informations et d’outils de développement ou de gestion de la rentabilité, d’élaboration ou d’évaluation de prix de revient ou de rentabilité par secteur d’activité, ou mieux par client ou groupe de client. Tous aussi nous avons des clients qui s’interrogent sur leurs coûts, leur hauteur et leurs conséquences.

Je me suis pour ma part intéressé depuis plus de 10 ans à toutes les techniques analytiques, des plus simples aux plus complexes, et avec succès. Offrir à mes clients des conseils en la matière s’avère réellement une réponse à une attente souvent au départ non formulée. La matière est seulement moins évidente qu’elle n’y paraît. Ma très large expérience ne m’empêche jamais d’être en permanence à la recherche d’avis, d’échanges, d’autres expériences qui sont toujours riches d’enseignements.

Alors une question me vient, pourquoi dans le forum ne trouve-t-on pas une rubrique « Comptabilité Analytique » ou mieux « Gestion Analytique » car ça va bien au-delà de la comptabilité pure et dure ?

Tout avis est le bienvenu.

Bien à tous et à toutes.

Toutes les réponses

La réponse est dans la question.

Trop peu d'intérêt pour ce thème (sauf au travers du forum étudiant au moment des TFE) ...

Il n'y a aucun problème à proposer une telle rubrique aux administrateurs du site.

Êtes-vous professeur ?

Car mon professeur nous à posé la même question (nous débutant) en y répondant de façon tranché !

Selon elle, la comptabilité de 2011 n’est plus celle d’avant. Elle demande moins de calcul, moins de réflexion « Comptable » du au logiciel de plus en plus performant, toujours selon elle, la comptabilité et plus spécifiquement le comptable, nais plus comme jadis un professionnel du chiffre au sens propre, mes plutôt un conseiller particulièrement doués dans nombreux domaines.
De nos jours, le « Droit » et particulièrement (Des sociétés, civil, social, comptable et tous doucement Judiciaire), sont des matières auquel le comptable de demain devra être un expert.

La comptabilité analytique (toujours selon elle) est une infinie partie des matières auxquels les comptables doivent faire face.

Le comptable d’aujourd’hui et de demain est un fin connaisseur en droit, de toutes les comptabilités, mes aussi un médiateur social.

Les nombreuses normes : Européen, International, Belge, … Sont nettement trop complexe pour que les professionnels et étudiants s’attarde sur une matière relativement complexe et n’offrant pas forcément une connaissance primordiale à la tenue d’une comptabilité simplifié.

Ne pouvant pas être au four et au moulin, au fil des années il prendra de plus en plus une place de conseil privilégié, et de moins en moins un praticien de la gestion économique.

Source :« Notion d’histoire de la comptabilité d’hier à aujourd’hui » Ephec 2010-2011.

* Surtout le droit fiscal

Merci pour vous avis.

Je rejoins tout à fait Jojo sur l'intérêt des étudiants en période de TFE.

Je ne suis pas professeur, mais j'ai déjà à plusieurs reprises été maître de stage précisément pour des étudiants dont le TFE portait sur la comptabilité analytique du fait que je me suis spécialisé dans cette matière depuis des années et que j'ai animé et anime encore des conférences sur la matière.

Pour l'intervention de Tony24, tout est correct, mais il ne faut pas oublier que la comptabilité générale reste la base de tout. Sans une comptabilité générale parfaite, toute analyse des données en sa provenance sera faussée, à moins d'avoir une comptabilité analytique complètement détachée de la comptabilité générale (ce qui est assez peu courant).

Le droit doit permettre à l'Expert Comptable et au conseillé de donner des conseils avec une bonne connaissance des implications qui en découlent. La jurisprudence est également essentielle.

En fait, la gestion d'une entreprise repose sur une foule de données tels que des données financières, des paramètres humaines, des données techniques, des informations sur le marché dans lequel l'entreprise évolue, ainsi qu'une parfaite connaissance de sa clientèle actuelle et de ses clients potentiels. Comme on le voit, les données financières ne sont qu'une composante de l'ensemble. Les professionnel du chiffre conseillent les entreprises sur des orientations qu'elles peuvent prendre. Ce sont des conseils très variés qui ne sont nullement la manière de comptabiliser une écriture comptable, mais plutôt comment orienter l'entreprise pour qu'elle puisse atteindre ses objectifs (on parle alors de plan d'actions liés à des décisions stratégiques). Là on n'est pas spécialement dans le domaine du droit, mais dans l'aide à la gestion.

Le développement d'une comptabilité comptabilité analytique, de tableaux de bord prospectifs, de gestion de projets, etc. sont autant de matières qui doivent faire partie des compétences des professionnels que nous sommes, mais ces matières sont vastes et complexes et comme précisé dans ma première intervention étrangement absente des forums de discussion, alors qu'il y a matière à échange.

D'ailleurs tous les jours je rencontre des sociétés qui se questionnent, qui sont à la recherche de solutions. Il y a beaucoup de dirigeants qui ne savent pas quoi faire pour augmenter leur rentabilité, qui ne comprennent pas le jeu joué par les coûts engagés, qui ont un prix de revient faussé par des allocations de coûts basées sur des systèmes archaïques ou dépassés. Peu de dirigeants connaissent de manière précise leur meilleurs clients en terme de rentabilité alors qu'en terme de chiffre d'affaires, ils les connaissent tous. Je pense qu'il est de notre devoir de les aider et de développer de l'expérience à nos connaissances afin de dispenser des conseil en la matière, car il y a un enjeu économique réel pour les entreprises.

Oui, je conçois tout à fait votre argument, mes pour nous étudiant, mes surtout pour les professeurs il est impossible d'intégré un grand nombre d'heure à la Comptabilité Analytique, étant donné que nous n'avons déjà pas assez de temps avec les grilles horaire de maintenant. Il faudrait instaurer cela en Master ou que sais-je encore, mes je suis convaincu que à l'heure actuelle les écoles ne dispose pas d'assez de temps pour s'attarder sur la chose.

Maintenant, je condamne, les cours qui non rien n’à faire en cursus SUPÉRIEUR ou UNIVERSITAIRE !!! Exemple à l'EPHEC nous avons l'anthropologie religieuse, je suis désolé nous somme dans une institution (EPHEC) neutre et nous avons un tel cour, en quoi l'étude de (Freud, ...) va aider le future comptable ? En rien (Beaucoup de professeur de comptabilité de l'EPHEC nous l'on dit, ils font cela juste pour réaliser un tri sélectifs (diminution des étudiants après le mois de janvier, ce qui donne le droit à l'école de ne PLUS remboursé l'étudiant).

Il à beaucoup de cour qui sont honnêtement inutile, et d'autre qui nécessiterai un plus grand nombre d'heures.

Nous avons aussi le cour : Obligation liées aux transactions commerciale, un bien jolie intitulé, mes le contenu est dramatique, franchement !!! Ce cour est juste un rappel des secondaires (économie ou gestion) d'ailleurs nous travaillons et avons juste comme examen la totalité du livre (connaissance de gestion de Brunel) Et encore celui-ci à été rééditer par l'EPHEC et donc un grand nombre de pages on été supprimé.

A moins que vous me dit ou venir suivre vos conférences je nais pratiquement peu chance de voir spécifiquement la Comptabilité ANALYTIQUE.

Bonsoir,

Je suis actuellement en dernière année (baccalauréat en comptabilité, option gestion) et - tout est relatif bien sûr - j'ai eu pas mal d'heures de comptabilité analytique.

En 1ère, un module de 45 heures introduisant les bases de la comptabilité analytique et le management d'entreprise (dont l'explication de tous ces facteurs humain, technologiques et financiers dont vous avez parlé).

L'an passé j'ai eu 75 heures et cette année 60 heures (beaucoup plus orienté vers le budgétaire mais avec des comparaisons au niveau des coûts, de rentabilité, etc.).

Enfin tout ça pour dire que l'établissement dans lequel j'étudie a pour ma part mis l'accent sur l'importance de la comptabilité analytique.

La grosse "tache" dans tout ça c'est qu'ils ont réformé la grille horaire cette année (cause de fusion avec d'autres établissements) et les nouveaux étudiants se retrouvent - comme Tony l'a évoqué - avec des cours totalement inutiles.

Tony, si tu veux je peux regarder si j'ai toujours mes cours de comptabilité analytique sous format PDF et te les transmettre par mail.

Bonne fin de soirée

L'enseignement est une chose, la pratique en est une autre.

Beaucoup de matières traitées par des professionnels sont le fruit de "self-apprentissage". L'échange de bonnes pratiques reste toujours le meilleur moyen de progresser et de profiter de l'expérience des autres

L'expérience est la mise en pratique répétée de connaissances, et acquérir de l’expérience c’est toujours être confronté à une succession d’échecs et de victoires. L’échec aide à grandir dit on mais il est aussi difficile à vivre. En profitant au mieux de l’expérience des autres, on progresse plus rapidement. Je prône donc l’échange de pratiques comme le meilleur moyen d’avancer sans (trop) de casse.

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Arial Unicode MS"; panose-1:2 11 6 4 2 2 2 2 2 4; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1 -369098753 63 0 4129279 0;} @font-face {font-family:"\@Arial Unicode MS"; panose-1:2 11 6 4 2 2 2 2 2 4; mso-font-charset:128; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-1 -369098753 63 0 4129279 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> Je sais que je n’aurai pas trop de succès avec ce Topic, les professionnels des chiffres et conseils sont plus orientés vers la « comptabilité générale » et la « fiscalité » que vers la comptabilité de gestion. Pourtant cette dernière est une matière passionnante et « super rentable » pour les entrepreneurs qui l’utilise dans leur entreprise, mais qui est souvent plus l’apanage du contrôleurs de gestion, directeurs financiers ou expert-comptables internes. Il y a pourtant moyen de dispenser de précieux conseils et d’orienter des entreprises vers la mise en place de comptabilité analytique, et de techniques tel l’Activity Based Costing. Il y a beaucoup de littérature à ce sujet. J’ai pas mal lu et pratiqué, ce qui me permet d’avoir un bon avis sur la question. J’ai trouvé des livres assez (trop ?) théoriques et d’autres dont les applications pratiques développées étaient toujours très loin des cas qui m’occupaient. Je pense en la matière avoir trouvé ce qui me convenait le mieux. En terme d’outils (logiciels), j’ai aussi pendant de nombreuses années écumé le marché (et je continue à le faire). J’ai pu ainsi voir (ou tester) plusieurs applications. Mon choix s’est également arrêté vers un outil que j’affectionne tout particulièrement, qui est adapté à toute les tailles d’entreprise même s’il est surtout utilisé par des entreprises de plus de 40 personnes, qui consacrent en général plus de temps et de moyens à chercher un positionnement gagnant sur leur marché, que les plus petites structures qui naviguent trop souvent à vue. Je suis persuadé que d’autres praticiens ont fait la même démarche que moi avec des résultats peut-être différents qu’il serait intéressant de comparer. J’entrouvre donc la porte, à qui veut de s’y engouffrer.

Soyons alors clair(s) ...

Qu'avez-vous à proposer comme ouvrage de référence même si aucun ouvrage au monde ne remplacera l'esprit du professionnel ?

Oops, tout cela est très personnel, c'est un ressenti.
J'ai bien apprécié (mais c'est en anglais) : "Activity Based Costing for small and mid sized businesses" de Douglas T Hick. Dommage seulement qu'il soit centré surtout sur l'industrie alors qu'on sait que les entreprises de services sont tout autant concernées à mettre en place cette technique, ça n'en reste pas moins un très bon bouquin.
Le livre "La gestion analytique et l'Activity Based Costing" de Stéphane Degueldre traite de toutes les techniques analytiques les plus courantes, et parle aussi bien des entreprises industrielles que de service. Il est abordable pour des professionnel, peut-être un peu théorique tout en donnant un bon aperçu méthodologique (sorte de mode d'emploi), c'est ce qu'il faut en général, et c'est ma dernière lecture du moment.
J'en ai bien d'autres en bibliothèque, que je peux citer aussi, mais comme toujours le meilleur est une conjonction de tous, pour en garder la crème.

A surcouf.be : Vous dit faire des conférences, …, vous n’avez pas de petit feuillet ou petit syllabus à vendre sur le sujet ?

A JOJO : Ma question n’a pas lieu de se trouver ici, mes elle me démange ! A quand un livre écrit de votre par ? Honnêtement se serai le sommome pour un professionnel reconnu comme vous !!!!!!